Quand le SLAM et la pédagogie se rencontrent...

La classe de 3ème de l'Enseignement Agricole a participé cette année à un projet culturel autour du SLAM.
Cette action a été bâtie dans le cadre de l'enseignement d'éducation socio-culturelle en partenariat avec la bibliothèque municipale de Vienne et l'association "Polysémique".
Encadrés par un slameur, les élèves ont écrit leurs propres textes, qu'ils ont déclamés lors d'une soirée "scène SLAM" au lycée.

Laissons-leur donc la parole :

Avant de débuter ce projet «Slam», nous avons travaillé au CDI, afin de définir ce qu'était le Slam. Nous avons découvert que la poésie Slam remontait aux années 80 quand Marc Smith, jeune écrivain informel de Chicago, eut l'idée d'organiser une compétition de poésie dans le Bar Green Mill.

En France, le slam est né en 1995 et est devenu célèbre avec la sortie du film SLAM  de Marc Levin.

En travaillant avec un artiste slameur, nous avons pu comprendre que le slam se définit comme une forme de poésie, d'un rap a capella, c'est à dire que c'est un genre oral, rythmé sans musique et qui utilise les vers comme le fait la poésie.

Durant les semaines où nous avons travaillé avec Olivier B. dont le nom de scène est Mix ô ma prose, nous avons pu nous initier à ce type d'expression, l'apprécier.

Ce petit dossier a pour objectif de montrer ce que nous avons appris, fait durant ces heures consacrées au projet ; de montrer nos créations et d'expliquer le dessein de ces « poèmes » : animer au lycée une soirée « Scène Slam » en compagnie de deux artistes !

DEROULEMENT DU PROJET 

Avant de rencontrer le slameur avec lequel nous allions travailler, nous avons réfléchi en cours d'Education socio-culturelle au genre Slam.

Ainsi le 20 janvier, nous avons défini le mot slam, à partir d'un ensemble documentaire retraçant les origines du Slam aux Etats Unis et en France.

Le 27 janvier, nous avons travaillé au CDI par groupes : nous avons étudié l’histoire du slam, les exigences de la poésie, les différences entre le slam et la poésie.

Puis, chaque mardi, durant cinq semaines, nous avons travaillé en compagnie d'Olivier Boyron, Mix ô ma prose. Afin de nous faire écrire les textes que nous devions déclamer lors de la soirée « Scène Slam », il nous a guidés pas à pas vers la découverte du Slam.

Ainsi, lors de la première séance, il nous a présenté le slam ; nous lui avons restitué les activités réalisées le 27/01 au CDI. Nous avons ensuite débuté des exercices d’écriture : à partir d'une phrase « j’arrive dans le slam », nous avons chacun rédigé un texte.

Le 2 mars, nous avons écrit un texte à partir de trois thèmes et avec obligation d'utiliser des verbes à l’infinitif. Le 9, nous nous lancions dans la rédaction d’un texte en vers que nous devions lire à voix haute.

Le 17, à partir de thèmes (écriture, actualité, notre vie quotidienne), nous devions produire un texte et l'affiner.

La séance suivante fut consacrée à la reprise de nos textes et au choix de ceux que nous allions lire lors de la soirée « Scène Slam ».

Durant toutes ces séances, Mix ô ma prose était suivi par une télévision éducative ; nous avons été filmés régulièrement pendant notre travail. Aussi, le 24 mars, nous avons fait un bilan de notre projet avec la télévision !

Notre projet s'est achevé le 29 avril par un travail de restitution sur ordinateur, chacun de nous avait pour mission de résumer, expliquer ce projet slam !

Le déroulement de la soirée « Scène Slam »

Ecrire des textes de slam suppose de les déclamer ; car ce genre poétique est un genre oral.

Aussi, nous avons créé une multitude de textes afin d'animer une soirée durant laquelle nous allions lire, prononcer nos poèmes devant les élèves du lycée. Pour parfaire cet objectif, nous serions accompagnés de « notre slameur » et d'un autre artiste.

La soirée « Scène Slam » s'est donc déroulée avec Mix ô ma prose et K-phare. Une fois les personnes installées, K-phare et Mix ô ma prose ont débuté la soirée en présentant ce qu’était le slam.


Samba
Mix ô ma prose et K-phare
F. Tatot

Ensuite Mix ô ma prose nous a demandé de dresser la liste de ceux et celles qui souhaitaient présenter oralement leurs textes. Pendant ce temps, K-Phare faisait une démonstration. Mix ô ma prose s'est joint à lui et ils ont déclamé quelques textes pour plonger le public dans une ambiance de Slam. Certains d'entre nous – à noter surtout nos camarades féminines – ont par la suite déclamé leurs compositions avec beaucoup d'élégance, de sérieux et d'application.

Ainsi, durant la soirée, nous avons eu le plaisir d'entendre les textes de K-phare, de Mix ô ma prose, d'un élève de BTS (Samba) qui a souhaité participer à cette scène Slam. (D'ailleurs, il avait l’air de « s’éclater ») et de nos camarades. Ce ne fut pas les seuls participants à cette scène slam, puisque le proviseur est lui-même monté sur scène pour « réciter » un texte d'Alfred de Musset ! Enfin, tous ensemble, nous avons clôturé la soirée en déclamant un texte d'un de nos camarades – Maxime - qui pendant ce projet s'est découvert des talents de slameur !

 
   
 
 
Maxime
   
   

Au terme de ce projet, la classe a apprécié de travailler avec le slameur Mix ô ma prose.

En effet, il nous a appris à écrire des textes de slam, à manier le langage, à jouer avec les mots, les sonorités. De plus, nous avons découvert que le Slam est un genre poétique particulier qui nécessitait non seulement un travail d’écriture, d’imagination mais aussi d’expression, de concentration. Nous nous sommes également aperçu que c’est un art écrit de libre expression !

La classe de 3 ème 2008-2009

Quelques élèves de 3ème avec le slameur
Lycée AGROTEC de Vienne Seyssuel
Etablissement public du Ministère de l'Agriculture
Retrouvez-nous sur logo-facebook